mardi 3 juin 2014

The Maze Runner #1 de James Dashner






Titre : The Maze Runner #1 de James Dashner
Auteur : James Dashner (Etats-Unis)
Date de parution : 2009
Editeur : Delacorte Press
Nombre de pages : 374







_________________

EVERYTHING IS GOING TO CHANGE...

When Thomas wakes up in the lift, the only thing he can remember is his first name. He has no recollection of his parents, or how he got where he is. His memory is empty.
But he’s not alone. When the lift’s doors open, Thomas finds himself surrounded by kids who welcome him to the Glade, a large expanse enclosed by stone walls.
Just like Thomas, the Gladers don’t know why or how they got to the Glade. All they know is that every morning, for as long as anyone can remember, the stone doors to the maze that surrounds them have opened. Every night, for just as long, they’ve closed tight. Every thirty days a new boy is delivered in the lift. And no one wants to be stuck in the Maze after dark.
The Gladers were expecting Thomas’ arrival. But the next day, a girl is sent up – the first girl ever to arrive in the Glade. And more surprising yet is the message she delivers. The Gladers have always been convinced that if they can solve the maze that surrounds the Glade, they might find their way home… wherever that may be. But it’s looking more and more as if the Maze is unsolvable.
And something about the girl’s arrival is starting to make Thomas feel different. Something is telling him that he just might have some answers – if he can only find a way to retrieve the dark secrets locked within his own mind.

TOUT VA CHANGER…

Quand Thomas se réveille dans l’ascenseur, la seule chose dont il peut se souvenir est son prénom. Il n’a aucun souvenir de ses parents, ou de comment il est arrivé où il est. Sa mémoire est vide.
Mais il n’est pas seul. Quand les portes de l’ascenseur s’ouvrent, Thomas se retrouve entouré d’enfants qui l’accueillent à « the Glade », un large espace délimité par des murs de pierre.
Tout comme Thomas, les autres Gladers ne savent pas pourquoi ou comment ils sont arrivés à the Glade. Tout ce qu’ils savent c’est qu’aussi loin qu’ils s’en souviennent, chaque matin les portes de pierre donnant sur le labyrinthe qui les entoure s’ouvrent. Chaque soir, elles se referment solidement. Tous les trente jours, un nouveau garçon est livré par l’ascenseur. Et personne ne veut être coincé dans le labyrinthe après la tombée de la nuit.
Les Gladers s’attendaient à l’arrivée de Thomas. Mais le lendemain, une fille est envoyée – la première fille à arriver à the Glade. Et plus surprenant encore est le message qu’elle leur livre. Les Gladers ont toujours été convaincus que s’ils parvenaient à résoudre le labyrinthe qui les entoure, ils trouveraient le chemin vers chez eux... où que ce soit. Mais le labyrinthe semble de plus en plus insoluble.
Et quelque chose dans l’arrivée de la fille fait que Thomas commence à se sentir différent. Quelque chose lui dit qu’il pourrait détenir des réponses – si seulement il trouvait un moyen d’accéder aux sombres secrets enfouis dans son propre esprit.



WARNING : Je n’ai aucune idée de comment les termes spécifiques à cette dystopie ont été traduits en français, j’utiliserai donc les termes VO dans ma chronique. J’espère que vous verrez de quoi je veux parler quand même.

“If you ain’t scared, […] you ain’t human.” *

On m’avait prévenue qu’il s’agissait d’une lecture addictive. Mais de là à dévorer les 374 pages en deux jours à peine, ça je ne m’y attendais pas !

The Maze Runner suit l’histoire de Thomas, jeune homme d’environ seize ans parachuté à the Glade, une sorte de communauté dans laquelle vivent uniquement des garçons de son âge. Il n’a aucun souvenir de sa vie d’avant, ni de comment il est arrivé là. D’ailleurs, aucun Glader n’a de souvenir plus lointain que son arrivée à the Glade, comme si leur vie avait commencé à ce moment là. Les Gladers ont créé une communauté parfaitement organisée, basée sur des règles strictes. Mais l’arrivée de Thomas marque le début d’une série de bouleversements. D’abord, une fille est envoyée à the Glade – alors que jusqu’à présent, il n’y avait eu que des garçons. Puis les phénomènes inhabituels s’enchaînent, perturbant l’ordre si bien établi. Thomas est-il responsable des ces perturbations ? Quoi qu’il en soit, le jeune homme voit grandir en lui le sentiment qu’il détient des réponses qui pourraient permettre de résoudre l’énigme qu’est cet endroit...

Je n’ai pas eu de coup de cœur pour ce livre, mais on n’en est vraiment pas passé loin ! Je ne sais pas trop pourquoi il n’est pas allé jusqu’au coup de cœur, ce qui est sûr en revanche, c’est que j’ai adoré ! James Dashner nous offre là une dystopie qui détonne dans le paysage actuel du genre. Je sais que The Maze Runner est souvent présenté comme « le nouveau Hunger Games, blablabla... », mais croyez moi, ce n’est pas du tout la même chose. L’univers est complètement différent, beaucoup plus « masculin » – le héros est un garçon, et il y a en tout et pour tout une seule fille, qui, même si elle joue un rôle important, n’est pas si présente que ça dans le livre finalement. D’autre part, il n’y a pas de romance (dans un YA, c’est suffisamment rare pour être souligné), même si ça ne m’étonnerais pas qu’elle fasse son apparition dans le tome 2.

J’ai beaucoup aimé l’univers, surtout la manière dont les Gladers ont accepté leur sort et ont réussi à s’en accommoder pour créer une véritable communauté dans laquelle chacun a sa place et apporte sa contribution de la manière qui lui convient le mieux. Ces garçons font preuve d’une grande maturité pour leur âge (ce sont tous des ados) et même si dans le lot il y en a quelques uns que j’ai vraiment détesté, je ne peux dans l’ensemble que les apprécier.
The Glade est un univers complètement à part. Il a sa propre architecture, ses propres règles de fonctionnement, sa propre hiérarchie et même son propre langage – qui rend la lecture en anglais un peu plus compliquée, mais auquel on s’habitue très vite finalement. Beaucoup de flou est laissé autour de cet espace – qui l’a construit, et dans quel but, pourquoi n’y a-t-il que des garçons, que sont exactement les Grievers (les méchants qui vivent dans le labyrinthe) ?... Je n’ai pas trouvé ça gênant toutefois, puisque nous nous trouvons en fait  au même niveau que les personnages qui n’en savent pas mieux que nous. De petits bouts d’information nous sont distillés au compte-goutte au fil des pages et ça + des chapitres très cours se terminant souvent sur un petit cliffhanger fait qu’on dévore le livre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Mon absence de coup de cœur vient peut-être du fait que je ne me suis pas vraiment attachée au personnage de Thomas. Je ne l’ai pas détesté non plus, mais il y a certains aspects de sa personnalité qui ne m’ont pas plu. Je l’ai trouvé un peu trop entêté par moments – la détermination, c’est bien, mais parfois il faut savoir se montrer diplomate et faire des concessions, surtout dans un univers comme the Glade qui fonctionne grâce à l’ordre qui y est maintenu. Mais il y a tellement de personnages qui gravitent autour du héros, que même si je n’ai pas su m’y attacher, ça n’a pas été si grave que ça. Je me suis attachée à d’autres personnages à la place : Chuck (que je trouvais un peu agaçant au départ mais à propos duquel mon opinion a vite changé), Newt, Minho ou encore Teresa, la seule fille.

La fin est assez mouvementée et riche en action. Quant à l’épilogue... je ne dirais pas qu’il se termine en gros cliffhanger ni qu’il apporte un énorme retournement de situation, mais il porte quand même légèrement à confusion, et pour ça j’ai hâte d’avoir le tome 2 entre mes mains !

En bref, nous avons là une très bonne dystopie, qui change un peu de ce qu’on a l’habitude de lire – et ça fait du bien ! Une lecture hautement addictive dans un univers très bien construit, riche et complexe. Prévoyez du temps devant vous, vous ne pourrez plus le lâcher !

Je vous le recommande si : vous êtes amateur de dystopie, et voulez découvrir quelque chose qui sort de l’ordinaire.

-------------------


*  « Si t’as pas peur, [...] t’es pas humain. »


Edition française : parue en 2012 chez Pocket Jeunesse sous le titre : L'épreuve T.1 : Le labyrinthe.





J'imagine que je ne vous apprends rien, mais au cas où vous viviez en Antarctique, sachez qu'il y a un film qui va sortir cet automne, et le trailer (que vous avez déjà dû voir passer une bonne dizaine de fois, sauf si vous vivez vraiment en Antarctique), est juste là dessous :

21 commentaires:

  1. J'ai adoré ce livre !! Et cette fin bouleverse tout, j'ai hâte de lire le tome 2 et de voir le film :)

    RépondreSupprimer
  2. Il faut que je lise ce roman avant la sortie du film!

    RépondreSupprimer
  3. Il faut absolument que je le lise, et de préférence avant cet automne ! Tu viens de me rendre impatiente de le sortir de ma PAL ^^ Belle chronique !

    RépondreSupprimer
  4. Il me tente trop ! En plus, tu me donnes encore plus envie (c'est vraiment machiavélique :p)
    Contente que tu ais aimé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon 0:) Je ne voulais pas être machiavélique, c'est le livre qui m'y a poussée !

      Supprimer
  5. Tu sais quoi ? Il faut absolument que je me le procure. ABSOLUMENT, oui oui oui :D Ta chronique est ❤︎❤︎

    RépondreSupprimer
  6. Adorant la dystopie, celle-ci me tente beaucoup depuis plusieurs mois. En plus, tu dis que cette dystopie change des autres donc ça me donne encore plus envie de la découvrir !

    RépondreSupprimer
  7. J'ai très envie de le lire !! Il le faut avant la sortie du film !! :)

    RépondreSupprimer
  8. J'ai hâte de me le procurer maintenant :D Tu n'as fait que renforcer cette envie ^^

    RépondreSupprimer
  9. Raaah j'ai encore plus hâte de le lire maintenant ! Il faut que je le sorte de ma PAL au plus vite *o* Quand à la comparaison avec HG, ils le font avec toutes les distopies maintenant --'

    RépondreSupprimer
  10. Même les livres pas dystopiques d'ailleurs*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je trouve ça assez agaçant d'ailleurs... mais comme je suis faible, ça marche souvent avec moi haha

      Supprimer
  11. C'est ma prochaine lecture ! Je l'ai emprunté à la bibliothèque et je viens de voir que je devais le rendre mardi donc... C'est vrai que c'est assez étonnant qu'il n'y ait pas de romance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ça fait du bien ! Trop souvent la romance prend trop de place alors que ce n'est pas du tout ce qui m'intéresse dans une dystopie ^^

      Supprimer
  12. Je dois le lire *-*
    Je suis un peu déçue d'apprendre qu'il n'y a pas de romance, mais d'un autre côté, ça fait changement pour une fois !! Et si il est aussi addictif, c'est que ça ne doit pas trop lui nuire :P
    Bref, je dois l'acheter avant la sortie du film (Dylan O'Brien ♥ !!!!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis presque sûre qu'il y aura de la romance dans le tome 2, si ça peut te rassurer (je l'ai pas encore lu, mais vu la tournure des choses, j'en suis presque persuadée)

      Supprimer
  13. Je l'avais lu en audiobook lors de mes trajets en bus y'a deux ans, un vrai coup de cœur pour moi. Je dois faire parti des gens qui vivent en Antarctique, je ne savais qu'un film allait sortir ^^.
    De quoi me donner envie de le relire, et carrément acheter le livre cette fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins mon info aura servi à quelqu'un ! :D

      Supprimer
  14. Je viens de le commencer, et je n'arrive déjà plus à m'en séparer ;) !

    RépondreSupprimer